alert-erroralert-infoalert-successalert-warningarrow-left-longbroken-imagecheckmarkcontact-emailcontact-phonecustomizationforbiddenlockedpersonalisation-flagpersonalizationrating-activerating-inactivesize-guidetooltipusp-checkmarkusp-deliveryusp-free-returnsarrow-backarrow-downarrow-leftarrow-right-longarrow-rightarrow-upbag-activebag-inactivecalendar-activecalendar-inactivechatcheckbox-checkmarkcheckmark-fullclosecross-smalldropdowneditexpandhamburgerhide-activehide-inactivelocate-targetlockminusnotification-activenotification-inactivepause-shadowpausepin-smallpinplay-shadowplayplusprofilereloadsearchsharewishlist-activewishlist-inactivezoom-outzoomfacebookgoogleinstagram-filledinstagrammessenger-blackmessenger-colorpinterestruntastictwittervkwhatsappyahooyoutube
/ août 2020
Danielle Rines, Reebok Editorial

Dans les coulisses des collections pour femme de Reebok

Nous avons demandé à deux membres de notre équipe qui imagine les vêtements pour femme de nous parler de la place qu'occupe l'inclusion au sein de l'industrie, un sujet au cœur de l'actualité. De la conception au rôle clé des designers femmes, elles nous expliquent comment elles créent pour la diversité, parce qu'il n'existe pas une seule taille pour toutes les femmes.

Qui a déjà résisté à l'envie d'une petite séance de shopping en ligne ? Dénicher la perle rare, qui sublimera à coup sûr ton look. Mais parfois, la bonne surprise se transforme en désillusion parce que l'article convoité n'existe pas dans ta taille. Cette frustration, trop de femmes en ont fait et continuent à en faire l'expérience. Il en résulte un sentiment d'échec, accompagné d'une grande méfiance vis-à-vis des marques concernées.
 
Plusieurs raisons expliquent le choix restreint de tailles dans le prêt-à-porter.  Parfois, c'est tout simplement parce que personne n'a été capable de signaler le manque de tailles, ou alors parce que les créateurs ne se projettent pas dans les modèles qu'ils dessinent. Car, en effet, les personnes en coulisses sont celles qui ont le plus d'impact. Reebok s'est fixée comme objectif de proposer des vêtements dans lesquels le corps féminin se décline sous toutes ses formes, et cela passe par une offre de tailles plus inclusive. Et, cerise sur le gâteau, ce sont des designers femmes qui travaillent sur les vêtements femme chez Reebok. En d'autres mots, des femmes qui créent pour elles-mêmes et pour toutes les autres femmes. “Parce que nous sommes des femmes, chacune d'entre nous essaie le produit. Ainsi, nous disposons de retours d'expériences sur lesquels nous pouvons travailler en amont, avant de mettre le produit sur le marché," explique Jennifer Barrios, Senior Product Manager chez Reebok. “Je suis convaincue que c'est grâce à cela que nos produits sont si appréciés : la coupe, la matière, les sensations et les différents designs sont autant d'aspects sur lesquels nous donnons notre avis pour nous assurer que le vêtement est confortable, qu'il met en valeur la silhouette et qu'il bouge avec vous."
 
Apparelsketch
Crédit dessin : Claire Durfee, Designer Associée pour les vêtements chez Reebok
 
Jennifer Barrios compte plus de 20 ans d'expérience dans le domaine des vêtements, à différents postes. “J'adore mon métier, c'est l'équation parfaite entre données objectives et créativité. J'adore rechercher de ce qui motive les gens et adapter le produit à leurs besoins et envies. C'est aussi gratifiant de pouvoir raconter leurs histoires, ou de composer des histoires qui les inspireront à persévérer, à se révéler ou tout simplement à s'amuser." Pour Barrios, la représentation est essentielle pour pouvoir avancer. "J'ai l'espoir de voir arriver une représentation plus authentique dans l'industrie, dans les visuels mais aussi dans les coulisses. Car nous pouvons nous adresser aux femmes et faire des recherches, mais au final nous avons aussi besoin [en tant qu'industrie] de personnes qui nous font part d'une expérience directe au sein même de l'équipe.” 
 
Marianna Grieco, Directrice design de vêtements chez Reebok, est persuadée que plus de représentation dans les coulisses amène plus de représentation dans le produit créé. “Au cours des dernières années, nous avons vu plusieurs marques étendre leur gamme de tailles et mettre en scène une plus grande variété de morphologies dans leurs défilés et campagnes. Mais le chemin est encore long avant que nous [Reebok et l'industrie] arrivions à proposer une représentation fidèle de la réalité du monde dans lequel nous évoluons.” 
 
Proposer des tailles plus inclusives est un sujet sur lequel Grieco et Barrios sont très engagées, et elles ont travaillé sur l'ajout de tailles pour les vêtements femme de Reebok, qui vont désormais du 32 au 54-56. Le but, pour Barrios, est de permettre un ajustement le plus personnalisé possible. “L'ajustement peut avoir un impact considérable sur la confiance en soi et la capacité à se concentrer sur son entraînement, sans distraction liée aux vêtements portés. ” Donner aux femmes l'impression que le produit a été conçu spécialement pour leur morphologie, c'est aussi les aider à booster leurs performances. “Nos recherches ont démontré que porter un vêtement à sa taille augmente la confiance en soi et l'envie de se surpasser, de tenter de nouvelles expériences, de surmonter les obstacles et de prendre des risques.” L'équipe se focalise donc sur l'ajustement, et pas uniquement en ajoutant des tailles à l'aide d'équations mathématiques. Elle crée des modèles avec des proportions différentes, pour tous les corps.
 
 
Les leggings, les brassières et les débardeurs étant des vêtements qui doivent vraiment accompagner chaque mouvement, il était impératif de ne pas faire dans l'à-peu-près. Reebok a donc créé les tailles et les modèles initiaux en interne, en consultation avec des spécialistes de l'industrie, et surtout avec la participation de consommatrices. L'objectif : concevoir la coupe idéale pour différentes morphologies et tailles. Grieco explique que le défi réside surtout dans l'ajout de tailles supplémentaires. “Quand nous ajoutons des tailles, nous devons vraiment étudier la manière dont la forme du vêtement doit changer, en harmonie avec le changement de morphologie corporelle.” L'ajout de tailles signifie la prise en compte des courbes et des morphologies, et de réfléchir sur le maintien apporté. Les tours de taille et de hanches, les mouvements de muscles et plusieurs autres paramètres jouent un rôle pour un résultat précis et fiable. Mais ce n'est pas tout. 
 
Car le travail ne s'arrête pas à l'ajustement et aux tailles, poursuit Grieco. “En même temps que nous nous intéressons aux profils et aux préférences de nos consommatrices, nous commençons à réfléchir à des vêtements qui s'adaptent à leurs différentes envies en termes de looks et manières de les porter, peu importe leur taille.” 
 
Pour Barrios, il s'agit d'aller au-delà, de proposer plus que des basiques à toutes les femmes parce que toutes méritent d'avoir accès aux mêmes options. “Nous l'avons nous-mêmes constaté, et avons aussi entendu les commentaires des consommatrices sur le fait que beaucoup de marques ne proposent que des pièces basiques en grandes tailles. Ces marques partent du principe que ces femmes ne souhaitent pas porter de couleurs vives ou dévoiler leur silhouette.” Quand elle définit la gamme de vêtements qui ira jusqu'à la taille 52-54, l'équipe de Barrios choisit des pièces allant des nouveautés tendance aux essentiels, pour offrir le meilleur à toutes les femmes.
 
 
Selon Barrios, le sujet des tailles inclusives est plus complexe qu'on pourrait le penser. Alors que le mouvement body-posi (qui encourage les femmes à aimer leur corps peu importe leur morphologie) est présent depuis plusieurs années, il y a, selon elle, encore plus de choses à explorer du côté du concept de la neutralité du corps. “La neutralité du corps ne se focalise pas sur le besoin d'aimer son corps comme il est. Il faut comprendre ce dont il est capable et comment l'utiliser pour bouger et se sentir bien." Cet aspect, Barrios et son équipe le prennent toujours en compte quand elles travaillent. “Nous accordons le plus grand soin à la façon dont le vêtement va mettre en valeur le corps, mais aussi et surtout à ce qu'il fera ressentir... Comment concevoir des vêtements qui procurent un sentiment de sécurité ou, à l'inverse, nous motivent à nous surpasser ?" Et aussi, comment rendre les différentes pièces complémentaires pour qu'un vestiaire soit vraiment polyvalent ? Ce n'est pas simplement une question d’esthétisme."
 
Pour Grieco, concevoir des produits de qualité suppose de prendre en considération tous les aspects de la vie de la personne. Surtout quand il s'agit de vêtements de sport. “Reebok, c'est représenter la vie en mouvement et nous voulons équiper tous les CORPS avec des produits qui les rendent capables de donner le meilleur d'eux-mêmes physiquement, mentalement et socialement.” C'est aussi l'avis de Barrios. L'objectif est de continuer à créer des produits dynamiques et fonctionnels, non pas pour des tailles standards ou grandes tailles mais pour une variété de morphologies. Pour que les femmes n'aient plus jamais à redouter le passage en cabine d'essayage. “Nous sommes portées par l'idée de sororité et de femmes qui se soutiennent. Nous savons qu'il n'y a pas une définition pour toutes les femmes, comme il n'existe pas une taille unique pour toutes les femmes.”
 
 
Quand on l'interroge sur les conseils qu'elle pourrait donner à des femmes designers animées par l'envie de faire une différence, Barrios les encourage à utiliser leur voix pour amener le changement. “Faites preuve de persévérance et n'ayez jamais peur de vous exprimer. Vos idées sont géniales. Convaincre les autres à s'aventurer en terrain inconnu peut prendre du temps, mais si vous identifiez des opportunités parce que vous avez été à l'écoute des consommatrices, allez vers les personnes qui vous soutiendront dans votre démarche et vous y arriverez.” 
 
L'espoir, à terme, est que de plus en plus de marques se rendent compte que le changement doit venir de l'intérieur et que la représentation est primordiale. Elle est le premier moteur d'une création inclusive réussie.
/ août 2020
Danielle Rines, Reebok Editorial