alert-erroralert-infoalert-successalert-warningbroken-imagecheckmarkcontact-emailcontact-phonecustomizationforbiddenlockedpersonalisation-flagpersonalizationrating-activerating-inactivesize-guidetooltipusp-checkmarkusp-deliveryusp-free-returnsarrow-backarrow-downarrow-left-longarrow-leftarrow-right-longarrow-rightarrow-upbag-activebag-inactivecalendar-activecalendar-inactivechatcheckbox-checkmarkcheckmark-fullclipboardclosecross-smalldownloaddropdowneditexpandhamburgerhide-activehide-inactivelocate-targetlockminusnotification-activenotification-inactivepause-shadowpausepin-smallpinplay-shadowplayplusprofilereloadsearchsharewishlist-activewishlist-inactivezoom-outzoomfacebookgoogleinstagram-filledinstagrammessenger-blackmessenger-colorpinterestruntastictwittervkwhatsappyahooyoutube
Running / décembre 2018
Ryan Gwaltney, Global Newsroom

14 émotions qui permettent aux Ragnariens de tenir 320 km

Que se passe-t-il quand 12 sportifs intrépides font une croix sur leur confort, leur intimité et leur douche quotidienne pour se lancer dans une course de relais de 320 km avec leurs amis ?

Ils vivent des émotions fortes comme l'euphorie de la ligne d'arrivée ou le manque de sommeil. 

Et c'est ce qui fait tout le charme de la Reebok Ragnar Relay !

C'est le meilleur moyen de rester soudés : vous allez monter à bord d'un van de 11 places dans lequel vous pourrez vous reposer pendant 24 heures, entonner des chansons ensemble et partager des fous rires au beau milieu de la nuit.

Si cette expérience peut en laisser quelques-uns sceptiques, tous les Ragnariens vous diront que cette course est réellement unique et quelque peu addictive.   

Bien sûr, vous devrez faire preuve de beaucoup de détermination pour surmonter les problèmes d'orientation, la perte de certains équipements ou l'accumulation d'acide lactique dans vos muscles, mais tous ces aléas donneront encore plus de saveur à votre exploit.

Nous avons compilé la majorité des émotions que les Ragnariens ressentent lorsqu'ils vivent cette course de 320 km, de la ligne de départ à la remise des médailles.

1. Inspiré C'est un fait : on court mieux quand on est encouragé !

2. Déterminé Le départ vient d’être donné et votre équipe est remontée à bloc.  320 km ? Même pas peur !

3. Enjoué  Parce que vous allez vous faire plein de nouveaux amis pendant la Ragnar Relay, comme un rouleau massant pour jambes exténuées.

4. Euphorique C'est ce que vous ressentirez lorsque vous verrez votre coéquipier courir vers vous pour vous remettre le fameux bracelet. 

5. Paniqué Lorsque vous réaliserez que vous êtes au point 18 alors que vous devriez être au point 12. Oups...

6. Affamé Pour tenir la distance, vous aurez besoin de (beaucoup) de carburant !

7. Fort Lorsqu'en plein milieu de la course vous réaliserez qu'en 24 heures, vous avez parcouru plus de kilomètres que la majorité des gens en un mois !  Ne lâchez rien ! 

8. Apaisé Cette course de relais va vous faire traverser des paysages d'une beauté incroyable qui resteront à jamais gravés dans votre mémoire. 

 

9. Entouré S'aventurer à courir de nuit peut en refroidir plus d'un, mais ne vous inquiétez pas : vos amis seront là pour vous soutenir. 

10. Aimé Vous et vos meilleurs amis êtes tous dans le même bateau.  Ils seront là dans les moments difficiles et sauront trouver les mots en cas de baisse de motivation. 

11. Soulagé Quand vous réussirez à franchir la ligne d'arrivée en un seul morceau et pourrez raconter vos exploits dès votre retour. 

12. Photogénique  À elle seule cette médaille vaut toutes les douches du monde.

13. Guerrier Vous venez de terminer la Reebok Ragnar Relay, c'est plutôt légitime comme sentiment ! 

14. Légèrement arrogant Promis, on ne vous jugera pas ! Vous êtes venu à bout d'une course de 320 km, vous avez bien le droit de frimer un peu en publiant un post #Bragnar indiquant à tous vos abonnés le nombre de kilomètres que vous avez parcourus. 

 Comment vous sentez-vous après avoir couru la Reebok Ragnar Relay ? Répondez-nous en nous envoyant un tweet @Reebokfr !

Running / décembre 2018
Ryan Gwaltney, Global Newsroom