alert-erroralert-infoalert-successalert-warningbroken-imagecheckmarkcontact-emailcontact-phonecustomizationforbiddenlockedpersonalisation-flagpersonalizationrating-activerating-inactivesize-guidetooltipusp-checkmarkusp-deliveryusp-free-returnsarrow-backarrow-downarrow-left-longarrow-leftarrow-right-longarrow-rightarrow-upbag-activebag-inactivecalendar-activecalendar-inactivechatcheckbox-checkmarkcheckmark-fullclipboardclosecross-smalldownloaddropdowneditexpandhamburgerhide-activehide-inactivelocate-targetlockminusnotification-activenotification-inactivepause-shadowpausepin-smallpinplay-shadowplayplusprofilereloadsearchsharewishlist-activewishlist-inactivezoom-outzoomfacebookgoogleinstagram-filledinstagrammessenger-blackmessenger-colorpinterestruntastictiktok-defaulttiktoktwittervkwhatsappyahooyoutube
Sports de combat / août 2016
Danielle Rines, Global Newsroom

Nos championnes révèlent quels comptes elles suivent sur les réseaux sociaux

La force de caractère d’une femme peut se mesurer à sa capacité à inspirer les autres. À l’ère du règne des réseaux sociaux, il est essentiel que les femmes s’encouragent mutuellement à s’affirmer et à prendre confiance en elles.

La nouvelle campagne de Reebok, #PerfectNever, met justement en lumière des femmes anti-conformistes et inspirantes.

Leur mission ne s’arrête pas dans l’Octogone, la Box de CrossFit ou la salle de sport.

Elles partagent certains moments de leur vie sur les réseaux sociaux et suivent aussi les comptes d’autres personnes qui les inspirent. Aujourd’hui, elles nous expliquent de qui elles sont fans.

La danseuseDanielle Peazeraime suivre les comptes de personnes qui dopent l’estime de soi et le bien-être, sans perdre de vue un objectif de progression constante.

La championne d’UFC poids pailles,Paige VanZant, aime suivre les comptes de personnes qui l’aident à vivre sa foi.

« En tant que sportive chrétienne, j’aime rester connectée à la Bible et je suis le compte d’un de mes prédicateurs préférés,@JoelOsteen.. Quelque fois, au milieu d’une mauvaise journée, je lis un verset de la Bible qui me remonte le moral.

 

« Je suis aussi d’autres comptes, notamment dans le domaine du sport, comme@Kayla Itsines, Hannah Anderson, alias @FashionableFit, et@AJOdudu. »

 

 

« Ces personnes sont fières de ce qu’elles font et trouvent des formules vraiment inspirantes pour exprimer leurs sentiments et transmettre cet optimisme.  Elles ne dissimulent pas les épreuves qu’elles traversent parfois, mais elles les abordent toujours avec un esprit positif », poursuit Paige VanZant. 

Quand on sait que des milliers de personnes s’inspirent de ce que vous publiez sur votre compte, il est indispensable de rester authentique.

En tant que « Fittest Woman on Earth » 2014,Camille Leblanc-Bazinet estime que l’affirmation des femmes passe par l’authenticité. « J’ai commencé à suivre le compte de Ronda Rousey l’an dernier, parce que j’apprécie les messages et le respect qu’elle véhicule, ainsi que la façon dont elle s’entraîne, explique Camille Leblanc-Bazinet. Elle ne se cherche pas d’excuses, elle ne se censure pas, ça me plaît. »

 

 

Danielle Peazer se sent aussi investie d’une mission qu’elle est fière de relever, celle de donner envie aux femmes de s’affirmer grâce aux réseaux sociaux. « J’essaie de donner envie de se sentir bien dans sa peau et de s’amuser tout en gardant un objectif en tête et en ayant une carrière épanouissante. »

La star de l’UFCRonda Rousey explique que les personnes les plus suivies sur les réseaux sociaux doivent surtout rester authentiques. « Les femmes sont souvent obligées d’essayer de contenter tout le monde, tout le temps. Elles ont besoin d’exemples de femmes qui osent affirmer : je ne peux pas plaire à tout le monde tout le temps, mais ce n’est pas grave et je peux continuer à avoir de l’estime de moi.  »

Ronda Rousey confie qu’elle suit des comptes tout simplement divertissants mais aussi des comptes de personnes avec qui elle partage des valeurs.

« L’un de mes péchés mignons est le compte@r.h.sin qui publie tout le temps des citations romantiques. J’aime aussi beaucoup@BlackJaguarWhiteTiger, j’adore cette association. »

 

 

#rhsin

Photo publiée par r.h. Sin (@r.h.sin) le 19 août 2016 à 18h29.

 

Alors que vous soyez une star du sport ou juste une femme ayant envie de s’affirmer, sachez que le Web, qui regorge trop souvent de critiques, a besoin de votre optimisme.

Des femmes telles queJamie Hagiya, une CrossFitteuse qui n’a pas hésité à faire part de ses doutes sur les réseaux sociaux, sont une vraie source d’inspiration pour toutes les autres femmes.

 

 

Je vais vous parler d’un sujet qui me préoccupe depuis quelques temps. Ce n’est pas facile à aborder dans la mesure où je ne suis pas à l’aise avec l’image que renvoie mon corps, mais je me lance. Je n’ai pas du tout le même genre de silhouette que les autres athlètes des @crossfitgames, qui ont des abdos de folie et pas un gramme de graisse sur le ventre. J’aimerais bien être comme ça mais j’ai dû me faire à l'idée que mon corps était comme il est. Je m’entraîne tous les jours comme une folle. Mon alimentation est saine la plupart du temps, mais je suis humaine et je ne dis pas non à un bon dessert de temps en temps. Je n’ai jamais été aussi en forme, mais je n’ai toujours pas de tablettes de chocolat. Même pas de début de tablettes de chocolat (rires). Ça peut s’expliquer par la génétique, mais c’est vrai que je pourrais aussi essayer de manger moins pour ressembler plus aux autres. En réalité, j’ai besoin de manger à ma faim pour être performante. Je ne devrais pas chercher à ressembler à une athlète des Games, parce qu’avoir des tablettes de chocolat ne fait pas forcément de vous la meilleure. Alors si vous pensez que vous devez avoir une silhouette particulière pour participer aux Regionals ou aux Games, vous vous trompez. Restez authentique !

Photo publiée par Jamie Hagiya (@jamiejoyce2) le 27 juin 2016 à 22h08.

 

Si de plus en plus de femmes se mettent à envoyer leurs ondes positives sur les réseaux sociaux, nous aurons moins de mal à assumer nos imperfections et à nous affirmer telles que nous sommes.

Sports de combat / août 2016
Danielle Rines, Global Newsroom