alert-erroralert-infoalert-successalert-warningbroken-imagecheckmarkcontact-emailcontact-phonecustomizationforbiddenlockedpersonalisation-flagpersonalizationrating-activerating-inactivesize-guidetooltipusp-checkmarkusp-deliveryusp-free-returnsarrow-backarrow-downarrow-left-longarrow-leftarrow-right-longarrow-rightarrow-upbag-activebag-inactivecalendar-activecalendar-inactivechatcheckbox-checkmarkcheckmark-fullclipboardclosecross-smalldownloaddropdowneditexpandhamburgerhide-activehide-inactivelocate-targetlockminusnotification-activenotification-inactivepause-shadowpausepin-smallpinplay-shadowplayplusprofilereloadsearchsharewishlist-activewishlist-inactivezoom-outzoomfacebookgoogleinstagram-filledinstagrammessenger-blackmessenger-colorpinterestruntastictwittervkwhatsappyahooyoutube
Sports de combat / juin 2016
Blair Hammond, Senior Manager, Global Newsroom

Les sportives se rebellent contre le diktat de la perfection sur Internet

Comparez le nombre de photos postées avec le hashtag #perfect au nombre de photos postées avec #real. La différence de 28,5 millions de publications est très révélatrice des valeurs de notre société.

Si on devait retenir une leçon de cette époque dominée par les réseaux sociaux, c’est que les femmes y ont l’obligation d’être attirantes, jolies, sexy et surtout parfaites.

perfect never social emily 2

Mais certains athlètes et experts du sport commencent à dénoncer les diktats visant surtout les femmes que nos réseaux sociaux préférés nous distillent. 

« La perfection n’existe pas, et si vous pensez le contraire, c’est que vous poursuivez un but irréaliste que vous n’atteindrez jamais », explique Emily Skye, star internationale du fitness et athlète Reebok. « Vous devez prendre conscience que vous n’êtes pas parfaits. Personne ne l’est. » 

Mais Emily Skye n’a pas toujours été aussi bien dans sa peau. Plus jeune, sa quête de la perfection l’a menée à la dépression. C’est le sport qui lui a permis de surmonter cette mauvaise passe.

« J’ai compris que c’était à moi de me prendre en main, de me fixer un objectif et d’y travailler », confie-t-elle. « J’ai dû repenser tous les aspects de mon existence : bien m’alimenter, faire du sport, mais aussi rester positive en m’entourant de personnes optimistes, capables de m’encourager et de me motiver. »

perfect never social cami 1

Emily Skye conseille aux femmes traversant le même genre d’épreuves de garder en tête que les modes de vie parfaits vantés par les réseaux sociaux sont rarement réalistes. « Il est bon de prendre conscience que ce qu’on publie sur les réseaux sociaux affecte vraiment la vie des gens », conclut-elle.

Camille Leblanc-Bazinet , athlète Reebok et Fittest Woman on Earth™ 2014, y fait justement attention quand elle poste des photo d’elle sur Instagram ou Twitter.

« Je fais exprès de poster des photos qui ne me montrent pas toujours sous mon meilleur jour, parce que je veux que les fans puissent me voir telle que je suis vraiment. C'est une démarche saine », explique la Canadienne, extrêmement suivie sur les réseaux sociaux.

« Les gens se trompent complètement sur ce qu’est la norme de la beauté », poursuit-elle. « Pour moi, être beau, c’est être en bonne santé et jouer un rôle actif dans le monde. Il peut s'agir d'une femme médecin ou d'une designer repoussant les limites de la mode, et plus généralement de toutes les personnes qui sont passionnées par ce qu’elles font.

perfect never social ronda 1 Ronda Rousey , la star de l’UFC, ne se dérobe pas non plus quand il s’agit d'afficher ses imperfections sur les réseaux sociaux. 

« J’essaie de montrer le maximum d’imperfections et de défauts, explique-t-elle. Je ne porte pas de maquillage. J’aime mon visage comme il est. Je n’essaie pas d'afficher une apparence idéale en toutes circonstances. J’essaie de rester moi-même. » 

Sports de combat / juin 2016
Blair Hammond, Senior Manager, Global Newsroom