alert-erroralert-infoalert-successalert-warningbroken-imagecheckmarkcontact-emailcontact-phonecustomizationforbiddenlockedpersonalisation-flagpersonalizationrating-activerating-inactivesize-guidetooltipusp-checkmarkusp-deliveryusp-free-returnsarrow-backarrow-downarrow-left-longarrow-leftarrow-right-longarrow-rightarrow-upbag-activebag-inactivecalendar-activecalendar-inactivechatcheckbox-checkmarkcheckmark-fullclipboardclosecross-smalldownloaddropdowneditexpandhamburgerhide-activehide-inactivelocate-targetlockminusnotification-activenotification-inactivepause-shadowpausepin-smallpinplay-shadowplayplusprofilereloadsearchsharewishlist-activewishlist-inactivezoom-outzoomfacebookgoogleinstagram-filledinstagrammessenger-blackmessenger-colorpinterestruntastictiktok-defaulttiktoktwittervkwhatsappyahooyoutube
Sports de combat / juin 2016
Blair Hammond, Senior Manager, Global Newsroom

Ronda Rousey et les réseaux sociaux : le règne de l’honnêteté

Quand votre métier consiste à faire votre entrée sur l’Octogone et à fixer votre adversaire droit dans les yeux, l’expression « contact direct » prend un sens bien particulier.

Mais pour Ronda Rousey, ce ne sont pas les combats mais plutôt les réseaux sociaux qui influent sur ses rapports avec les gens – et pas dans le bon sens.  

Tous les divertissements en ligne qui nous sont aujourd’hui accessibles nous permettent certes de nous détendre, mais ils modifient aussi incontestablement la façon dont nous nous parlons. A supposer que nous nous parlions encore... 

ronda social perfect never 1

« Les réseaux sociaux nous privent en réalité de la dimension sociale de la communication », explique Ronda Rousey. Plus personne ne se parle au téléphone. Plus personne ne veut s’embêter à dire « bonjour » et « au revoir ».

Mais pour Ronda, ces interactions du quotidien restent importantes. L’art de faire la conversation s’est perdu, et pour quelqu’un d’aussi authentique et naturel qu'elle, c’est un problème.

« Aucun diplôme ne vous prépare à interagir et à sociabiliser avec les autres. C’est quelque chose qui s’apprend sur le tas, mais on ne vit plus comme ça.  Les gens ne savent plus interagir spontanément », nous confie-t-elle sur le tournage de la nouvelle campagne Reebok « Perfect Never », qui rend hommage aux femmes et les incite à s’affirmer.

On pourrait se dire que Ronda Rousey en est arrivée à cette conclusion après avoir reçu des milliers de messages critiquant son comportement. Mais c’est en fait auprès de ses amis qu’elle en a pris conscience. 

« Je me rends compte que certains de mes amis préfèrent m’envoyer des textos plutôt que de me parler.  Pourquoi se contenter de messages alors que le téléphone est bien plus personnel ? »

Que ce soit sur Twitter ou par téléphone, Ronda Rousey se montre toujours telle qu’elle est. Et quand on la rencontre en personne, il est difficile de ne pas remarquer son goût pour les relations authentiques, loin de l’ambiance d’Hollywood et du regard des autres. 

ronda social perfect never group 1

« Les femmes ont déjà tendance à s’analyser en permanence, et les réseaux sociaux, de plus en plus présents dans nos vies, accentuent ce travers, » explique-t-elle quand on lui demande si Internet pousse inutilement les femmes à afficher une façade parfaite. 

Pour Ronda Rousey, il est donc essentiel de poster des messages authentiques, même si cela va à l’encontre de ce que font les autres stars. 

« Tout le monde les regarde et veut leur ressembler », poursuit-elle. « Si les célébrités se mettent en scène et font croire qu’elles n’ont aucun problème et ne vivent rien de ce que nous vivons au quotidien, certains commencent à se dire que leur vie n’est pas comme elle devrait être. »

Mais Ronda Rousey est différente. Elle est indépendante, honnête et ouverte. Après ses victoires, ses combats, tous les grands évènements de sa carrière, elle communique en toute franchise sur les réseaux sociaux avec ses fans tout comme avec ses détracteurs. 

ronda social perfect never group 3

Quant à ceux qui adoptent une autre approche, elle les excuse en invoquant la nature humaine. 

Selon elle, la culture Instagram s’ancre dans l’instinct qui nous pousse à nous mettre en scène pour nous faire accepter socialement. Et les femmes subissent de plein fouet la tyrannie de cette culture.  « On pourrait presque comparer ça à l’hygiène. Quand les gens peaufinent leur façade sur les réseaux sociaux, c’est comme s’ils se faisaient une beauté ou s’admiraient dans le miroir.  Il ne s’agit pas seulement de l’apparence physique mais aussi de l’apparence numérique. »

En tant que combattante, Ronda n’a pas besoin d’un miroir lui renvoyant une image idéale. Et quand ses adversaires la regardent droit dans les yeux, ils lui renvoient la vérité. Elle n’a besoin que de sa tête et de son cœur. Elle essaie d’écouter les deux et de ne pas se laisser influencer par tous les commentaires en ligne lui suggérant d’être tout sauf elle-même. 

Sports de combat / juin 2016
Blair Hammond, Senior Manager, Global Newsroom